Erap Resign - Gloria Macapagal Arroyo new President


The People Power II January 16-20 2001

Du 16 au 20 janvier 2001, plus d'un million de philippins ont manifesté dans les rues pour obtenir le départ du Président Estrada. Celui-ci, accusé de corruption venait tout juste d'échapper à son procès en destitution.

Retournement de situation
En souvenir de la manifestation qui renversa le dictateur Marcos, cette grande action politico-médiatique a pris le nom de people power 2. Le pouvoir du peuple a finalement réussi, avec l'aide de l'armée et des milieux d'affaires, à mettre au pouvoir une nouvelle présidente : Gloria Macapagal Arroyo.

Les élections municipales et sénatoriales du mois de mai 2001 ont confirmé ce renversement de pouvoir avec une courte majorité pour le parti de la présidente. Lors de ces élections, l'épouse de l'ex-président a été élue sénateur...

En attente de procès
Mais Joseph Ejercito Estrada, est désormais en prison où il attend son procès pour avoir touché 8 millions de dollars d'une loterie clandestine, procès où il risque, selon la loi philippine, la peine de mort.

29 Janvier 2001 - MANILLE, RETOUR A LA NORMALE ?
Comme les news vous l'ont immanquablement signalé, la situation aux Philippines est revenue à la normale. Le Président corrompu a été limogé, et la vice-présidente Gloria Arroyo a pris sa place grâce au soutien du peuple, de l'opposition (les milieux d'affaire), de l'Eglise, et en toute dernière minute de l'armée (à part les musulmans tout le monde était-là !!! ???). Le pouvoir du peuple a été respecté. Mais de quelle norme s'agit-il ? Qui est au pouvoir ?
ESTRADA ET ARROYO, TOUS DE "BONNE FAMILLE"
Les rumeurs ici étant les seules sources d'informations… cela permet finalement de tout supposer ! il parait ainsi tout à fait vraisemblable de dire que cette histoire est une formidable mascarade. L'ex-président Estrada reste au pays jusqu'à la fin de sa vie - qu'il se souhaite longue -, c'est ce qu'il a promis : pourtant la peine de mort le menace désormais, si les nouveaux chef d'inculpation qui pèsent sur lui s'avéraient exacts et étaient jugés comme tels. "Erap" (ce qui signifie copain) doit encore croire en son aura. N'a-t-il pas été le mieux élu de tous les présidents du pays ? Fin décembre, n'y avait-il pas plus d'un million de personnes rassemblées pour le soutenir ?
La nouvelle présidente, Gloria Arroyo, a fait un discours d'investiture qui n'oublie rien ni personne... Trop beau pour être honnête ? Elle a belle allure c'est vrai, son père a lui même été président avant d'être battu par le dictateur Marcos... La "nomenklatura" à la philippine existe... Et la nouvelle présidente en est un pur produit ! Seules 400 grandes familles philippines se partagent toutes les richesses ; et le moins que l'on puisse dire est qu'elles ne sont pas prêteuses malgré le catholicisme affiché. En vingt ans, 48 milliards de dollars ont ainsi été détourné au profit des quelques grands de ce pays (selon la Banque Mondiale). Avec ses 60 millions supposés, Estrada n'est qu'un "petit joueur" comparé à certains, dont la famille de Mme la présidente ? Peut-être.
A QUAND LE RESPECT DES PEUPLES
Cette grande manifestation du peuple, "People Power II" ainsi nommé en mémoire de la révolution qui renversa Marcos, n'était cependant pas de la même teneur. Coup médiatique, opération politique de la classe riche lassée des frasques et surtout des vols répétés sur leurs richesses (quel comble, si seulement Estrada avait seulement taxé les pauvres comme à l'accoutumée), tel semble être ce renversement politique. Les intérêts des grands seront bien protégés, soyez-en assurés. Comme Imelda Marcos, épouse du dictateur défunt, il y a fort à parier qu'Estrada et toute sa famille pourra sans grand problème profiter de "son" argent sur une île paradisiaque de l'archipel.
Enfin, la guerre civile a été évitée, c'est toujours cela mais il existe un drame bien plus difficile à éviter : la misère dans les bidonvilles qui s'est bien entendu accentuée ces derniers temps. Et comme les poubelles ne sont plus ramassées... les risques de choléra s'intensifient... parmi tant d'autres problèmes ici et de par le monde.
Mme la Présidente l'a bien compris, et comme ses prédécesseurs, le parfum de ses très nombreuses promesses couvriront quelques temps les odeurs pestilentielles du fleuve Pasig.                                         
Damien Roiland